Regroupe trois villages: GIGEAN, POUSSAN et MONTBAZIN
Père Bogdan LESKO, curé.

ANNONCES DU 8 AU 16 DECEMBRE 2018

(Historique de l'agenda)

Lettre de Jésus à Noël 2012


     Chers amis, la date de mon anniversaire est arrivée. Chaque année, la terre toute entière attend avec impatience cette date et prépare cette fête : les médias font de la publicité, les magasins exposent des quantités de jouets de plus en plus sophistiqués, les vitrines sont magnifiques…et les foules se ruent, se bousculent pour admirer, choisir, acheter ce qui fera paisir aux enfants, aux petits-enfants et aux grands.


Ca me fait plaisir de voir que tant de gens pensent à moi ! Je vois qu’ils se souviennent de ce que j’ai fait parmi eux, pour vous et me sont  reconnaissants. Mais je me rends compte que beaucoup ne savent plus qui on fête au juste ! On parle du Père Noël, les familles se rassemblent dans la joie, les amis se retrouvent pour faire la fête…Mais personne ne pense à m’inviter !
Pourtant, c’est bien de mon anniversaire qu’l s’agit : plus de 2000ans, ça compte, c’est beaucoup ! Et pourtant, quand mon Père m’a envoyé chez vous, c’était pour vous faire comprendre qu’il vous aime tous, qu’il veut vous rendre heureux, et vous inviter dans sa famille pour l’éternité ! Il voulait que je sois la Lumière de toutes les nations, lumière sur votre route…mais discrètement, pour ne pas vous éblouir. Il a préféré que je vienne parmi vous comme un enfant pauvre, couché sur la paille, dans une crèche du petit village de Bethléem…comme un nouveau-né qui a besoin de vous !


J’ai passé 33 ans au milieu de vous ; pendant 3 ans, j’ai prêché, enseigné la fraternité entre les humains, fraternité universelle…mais j’entends parler de violences, de bruits de guerre au lieu de la paix, alors que je suis le prince de la paix !


Moi qui aimerais tant voir les gens s’aimer, se respecter, s’entraider…et aussi penser  un peu à moi dans la joie du partage, surtout en ces fêtes de fin d’année !!
Je vois des banquets préparés, des belles tebles fleuries, des sapins tout décorés, et des cadeaux de toutes sortes, et aussi une bellle crèche où je suis « bébé souriant », les bras ouverts tendus vers les gens qui me regardent tendrement.mais personne ne me tend la main pour me prendre dan ses bras...pour m’ouvrie la crèche de son cœur pour que je vienne y habiter !
C’est en mon honneur qu’ils font la fête, mais personne ne m’invite ; on me laisse dehors dans  le froid, avec les sans-abris, moi qui ai tant envie de partager la joie de tous, en ce jour qui m’est si cher !


Chaque année, j’attends, j’observ e: tout le monde chante, boit jusqu’à en être complètement ivre. On rigole à propos de tout et de rien, on passe un bon moment ensemble jusqu’à une heure avancée de la nuit...mais moi, on m’a complètement oublié !!!


    Au matin, quand je vois les enfants tout joyeux de découvrir leurs cadeaux, je me dis : »peut-être qu’il en restara un pour moi ? » Ou au moins pour un pauvre, un reste de gâteau, un fruit, un petit jouet…mais rien...on préfère  jeter les restes à la poubelle !
Tous les ans, ça revient, et de plus en  plus, on fait comme si c’était simplement la fête de l’hiver, on s’empresse de partir à la neige.Plus question d’aller à l’église pour prier, chanter les si beaux chants qu’on aimait tant autrefois ...Aujourd’hui, on en  a marre de les entendre, ces chants de ma venue sur la terre des hommes !!
Alors, ce soir, cette nuit, souvenez-vous de mes paroles : « Voici que je me tiens à la porte de votre coeur  et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre son cœur, j’entrerai chez lui, je prendrai le repas vaec lui et lui avec moi ! »(Apocalypse 3,20)
Ce repas, c’est d’abord mon Corps et mon sang donnés pour vous et pour la multitude, signes de ma nouvelle Présence parmi vous ; repas de mon intimité, de mon union avec vous, car je suis le cadeau de votre Père Eternel, qui donne sens à tous les cadeaux du Père Noël !


    Joyeux Noël ! Je vous aime, mon Père vous aime autant, et bonne fête pour l’année nouvelle 2013.


            AMEN
                (Homélie du P.Emmanuel KAZADI pour Noël 2012)