Regroupe trois villages: GIGEAN, POUSSAN et MONTBAZIN
Père Bogdan LESKO, curé.

ANNONCES du 4 au 26 juillet 2020

(Historique de l'agenda)

LE PANIER DU Père Bogdan LESKO

Consultez le panier du Père Bogdan LESKO

panier du pere2655 consultations au total du panier.

Consulter tous les articles

Une graine de moutarde du Père Bogdan LESKO

graine de moutarde171 consultations au total.

Consulter tous les articles

LES CHANTS DE CHORALE

logo chants liturgiques

Recherche - Articles

2020-02-26 Bol de riz Gigean

articles

Chères Frères et Sœurs
 

Nous, chrétiens, comme tout le monde sans distinction, nous traversons une période très difficile à cause du coronavirus. Certainement, comme catholiques, nous n'avons pas pensé que nous allions vivre notre Carême comme cette année.

Chacun pensait vivre ce chemin vers Pâques à son rythme, en suivant la voie de la prière, du jeûne et du partage. Mais la vie nous a tous surpris à tel point que nous ne pouvions pas participer Dimanche dernier à l'Eucharistie - le sommet de toutes nos cérémonies dans l’Église.

Mais, malgré tout, un chemin s'ouvre devant notre Communauté paroissiale et devant chacun et chacune de nous. Quelqu'un pourra me dire ; "Quel chemin, si notre santé, notre vie sont en danger" ?
Alors, penchons-nous sur la liturgie de la Parole de Dieu, ce III Dimanche du Carême. Elle n'est pas loin de notre contexte d'aujourd'hui. Dans la première lecture, nous voyons le peuple élu à qui l'eau manque. Nous pouvons seulement nous imaginer à quel point cette situation était difficile pour les gens ainsi que pour Moïse qui a conduit cette troupe au nom de Dieu. Cette situation extrême en plein désert pousse le peuple à se poser la question : « Le SEIGNEUR est-il au milieu de nous, oui ou non ? » (Ex 17, 7b). Dans ce contexte où la peur envahit notre vie, où nous allons être privés de beaucoup de choses, peut-être cette question résonne-t-elle dans nos cœurs : "est-ce que Dieu est avec nous et avec moi, et quand cette épidémie va se terminer ?"
 
L’Evangile dévoile devant nous une rencontre en pleine chaleur (« c’était la sixième heure, environ midi ») de deux personnes qui ont soif - Jésus fatigué par la route, et une Samaritaine assoiffée. Dans le verset 9, nous lisons que "les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains". Néanmoins, Jésus commence à parler avec cette femme qui ne lui a rien caché et lui a parlé en toute sincérité. Et du coup, la soif de deux a été apaisée. La Samaritaine qui a enfin trouvé la Source de l'eau vive, et celle du Christ qui a trouvé quelqu’un qui a accueilli la Bonne Nouvelle de Dieu.
C'est remarquable parce que ce récit nous dit qu'on peut venir à la rencontre de Jésus dans chaque circonstance de notre vie. JÉSUS SERA LÀ. De notre part, Il attend seulement l'ouverture et la sincérité de nos cœurs. Mettons notre espoir en Dieu, et croyons à l’expérience de Saint Paul Apôtre. Il nous convainc dans la deuxième lecture que : « l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné ».

Nous pouvons toujours pratiquer le partage, pendant le Carême, par la solidarité avec les personnes âgées, fragiles et surtout seules. Comment ? On peut toujours prendre des nouvelles par téléphone. En faisant ses courses, je peux demander à mon voisin âgé, seul, malade, s’il n’a pas besoin de quelque chose. Ce ne sont que des exemples. Demandons l’Esprit du Christ, l’Esprit de l’amour envers notre prochain, et Il nous guidera.

En union de prière pour chacun et chacune de vous, pour notre Paroisse et pour le monde entier.

Votre frère Bogdan

P.S. La communication par internet ou par téléphone est toujours possible. Dans ce cas, je vous demande de regarder régulièrement le site de notre Paroisse où vous trouverez les annonces concernant la vie de notre Paroisse et du diocèse, et vous pourrez les transmettre à ceux qui ne les ont pas.